Utilité et coûts des traitements médicaux

publifocus (2011-2012)


37219001_m.jpg


Le système de santé suisse s'est fortement développé au cours de la dernière décennie. Un nombre croissant de personnes officient désormais dans le domaine de la santé. Les investissements dans les technologies médicales croissent sans cesse et permettent d'améliorer les prestations et les traitements médicaux. Mais sans une évaluation et une rationalisation de certaines prestations, les coûts supplémentaires engendrés par les nouvelles possibilités médicales risquent de déstabiliser le système de santé. Conscientes de l'urgence de traiter cette question, les Académies suisses des sciences a+ ont décidé de lancer le projet «Système de santé durable». Ce projet, scindé en plusieurs modules, vise à déterminer l'utilité, respectivement la valeur des prestations médicales sous différents angles.

Pourquoi TA-SWISS mène-t-il un publifocus sur ce sujet?
Un publifocus est une méthode participative composée de discussions avec les citoyens qui utilisent les technologies ou qui sont concernés par leur emploi afin que ces derniers soient entendus à un stade précoce. Le but d'un tel procédé, est de promouvoir le dialogue entre la population, les scientifiques et le monde politique.

Ce publifocus représente un des trois modules du projet chapeauté par les Académies suisses des sciences. Le premier module consiste en une étude qui décrit et évalue différentes méthodes qui permettent de déterminer la valeur des prestations médicales. L'étude «Méthodes d'évaluation de l'utilité respectivement de la valeur des prestations médicales et leur application en Suisse et dans d'autres pays européens.» présente également les possibilités, mais aussi les limites de l'utilisation de tels instruments dans le système de santé suisse. Dans le deuxième module, l'Académie suisse des sciences médicales publiera une prise de position sur cette thématique délicate.

Or, jusqu'à aujourd'hui, le sensible sujet de la rationalisation du système de santé, a essentiellement été traité par des groupes d'experts, ainsi que de décideurs. Mais il manque dans ce débat la voix des citoyennes et des citoyens qui seront parmi les premiers concernés par ces réformes. Il est donc primordial d'ouvrir cette discussion au public. Ce publifocus, qui est le troisième et dernier module de ce projet, permettra ainsi d'éclairer cette thématique sous l'angle des citoyennes et citoyens . Le but principal de ce publifocus est de déterminer quels sont, du point de vue citoyen, l'utilité, les chances et les risques liés à l'introduction de méthodes d'évaluation des traitements médicaux. Ce dernier permettra également de percevoir le niveau d'acceptation de telles méthodes de la part de la population. Cet aperçu de la position des citoyennes et citoyens face à ces délicates questions pourra servir de base de réflexion aux politiques et aux décideurs.

Pour en savoir plus

Projet «Médecine durable», Académie Suisse des Sciences Médicales
Dossier thématique « Politique de santé»

Les Académies des sciences réclament un système de santé durable 
Communiqué de presse du 4 décembre 2012

Organisation

Comité de patronage

Académie Suisse des sciences médicales ASSM
Académie Suisse des sciences humaines et sociales ASSH
Centre d’évaluation des choix technologiques TA-SWISS

Groupe d’accompagnement

  • Prof. Peter Suter, Académies Suisse des sciences médicales, ASSM, Bâle (président du groupe d’accompagnement).
  • Prof. Nikola Biller-Andorno, université de Zürich.
  • Dr. Ignazio Cassis, Conseiller national, Montagnola.
  • Prof. Luca Crivelli, Université de la Suisse italienne, Lugano.
  • Barbara Gassmann, ASI/SBK, Berne.
  • Martina Hersperger, Fédération des médecins suisses, Berne.
  • Prof. Valérie Junod, Université de Lausanne.
  • Margrit Kessler, Organisation suisse de protection des patients, Zürich.
  • Isabelle Moncada, RTS, Genève.
  • Prof. Fred Paccaud, Université de Lausanne.
  • Prof. Julie Page, ZHAW, Winterthur.
  • Dr. Heiner Sandmeier, Interpharma, Bâle.
  • Prof. Daniel Scheidegger, Hôpital universitaire, Bâle.
  • Sandra Schneider, Office fédérale de la santé publique OFSP, Berne.
  • Prof. Giatgen A. Spinas, Hôpital universitaire de Zürich

Responsables du projet à TA-SWISS

  • Nadia Ben Zbir, TA-SWISS
  • Dilini-Sylvie Jeanneret, TA-SWISS

Commander la publication