Nouveaux projets TA-SWISS

 

Mise au concours d’une étude en matière d’évaluation des choix technologiques

« Edition génomique »

Les méthodes d’édition génomique permettent de modifier de façon ciblée des séquences de gènes, de les supprimer ou d’insérer avec précision de nouveaux éléments constitutifs dans le patrimoine génétique. Grâce à la technique CRISPR-Cas9, disponible depuis quelques années, de telles modifications peuvent être effectuées de manière comparativement simple et avec une grande précision – dans des bactéries et des plantes, aussi bien que chez des animaux et des êtres humains. Dans la recherche, cette nouvelle tech­nique de découpage du génome est déjà largement utilisée et suscite de grandes attentes. Chez les plantes, l’édition génomique donne lieu à de premières applications pratiques, mais des questions sont encore ouvertes en matière de réglementation. En médecine, elle fait entrer dans le domaine du possible des pers­pectives jusqu’alors limitées ou non réalisables dans la pratique, telles que la thérapie génique somatique ou la xénotransplantation. Elle relance en outre le débat au sujet des interventions sur la lignée germinale. 

Cette étude interdisciplinaire évaluera les opportunités et les risques de l’édition génomique. Son champ d’investigation inclura la médecine, la biotechnologie et l’agriculture. Elle procèdera à un état des lieux des applications qui existent déjà, de celles qui font l’objet de recherches et des futurs domaines d’application prévisibles. Des aspects donnant lieu à controverse ou particulièrement importants dans le contexte suisse seront analysés plus en profondeur.

Mise au concours d’une étude en matière d’évaluation des choix technologiques

Social freezing – un désir d’enfant au congélateur

Le « social freezing » – appelé aussi auto-congélation d’ovocytes – permet à des femmes qui désirent un enfant, mais ne le veulent pas tout de suite, de reporter leur maternité grâce à la cryoconservation d’ovocytes. Tant qu’elles sont en âge d’avoir des enfants, ces femmes peuvent alors recourir à la procréation médicalement assistée pour une grossesse différée – une grossesse qu’elles ne voulaient pas avant en rai-son par exemple de leur carrière, ou de l’absence d’un partenaire. Cette technologie promet de libérer les femmes de la pression de l’horloge biologique. Mais elle soulève aussi des questions touchant aux risques médicaux, au bien de l’enfant et à la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, à laquelle aspire la société.

Cette étude interdisciplinaire devra évaluer les chances et les risques du social freezing. Elle exami-nera également combien de femmes recourent au social freezing en Suisse, quel est le potentiel à venir de cette technologie et quels changements elle induira. Elle abordera en outre les motivations et les attentes de ces femmes. Comment, quand et dans quelles conditions pensent-elles se servir de leurs ovocytes cryo-conservés ? Un autre aspect important de l’étude est de savoir quels critères juridiques, éthiques, sociaux et médicaux devraient être pris en considération pour la fécondation des ovocytes et l’implantation des embryons.

Mise au concours d’une étude en matière d’évaluation des choix technologiques

Blockchain : du Bitcoin à une démocratie décentralisée

La technologie Blockchain a permis le développement du Bitcoin et des autres crypto-monnaies. Depuis leur apparition en 2009, l’essor de ces monnaies est constant et leur poids économique est significatif. Cette technologie a poursuivi son évolution et elle permet aujourd’hui d’inscrire dans ces fameuses « chaines de blocs » des smart contracts (contrats intelligents). De nouveaux paradigmes économiques se mettent alors en place lorsque les intermédiaires entre clients et fournisseurs de service disparaissent. A terme, des services de e-government, de vote électronique, etc. pourraient apparaître grâce à la Blockchain, qui participerait ainsi à une démocratie plus transparente et décentralisée.

SchreibfederTinte_sw.jpg