SoKuTA

Evaluation des choix technologiques orientée vers les sciences humaines et sociales (2004-2005)

 


43722022_l.jpg

Objectifs de l'étude
Le projet entend examiner quelles répercussions en termes de contenu la prise en considération systématique des perspectives relevant des sciences humaines et sociales a sur l’analyse de l’évaluation des choix technologiques. Un intérêt particulier est en cela accordé aux répercussions qui viennent de la prise en compte du contexte socioculturel, d’une part, et des technologies ou innovations sociales, d’autre part :

  • Le contexte socioculturel (social shaping ; co-construction) implique de prendre en considération, dans une perspective sociologique, historique, économique, normative ou relevant de la communication, le fait que les technologies dépendent de la société et sont liées à leur contexte.
  • Le concept de technologies sociales (social engineering) ou innovations sociales, fait référence à l'idée de soumettre à une évaluation toutes les «technologies» qui essayent – de manière analogue au savoir relevant des sciences naturelles – de tirer profit du savoir relevant des sciences sociales et humaines pour résoudre les questions pratiques et concrètes de la société.

Résultats de l'étude

Les auteurs proposent d'ancrer les questionnements de TA-SWISS davantage dans des domaines sociaux, de choisir dorénavant le point de départ davantage dans des domaines sociaux comme le monde du travail (p. ex. l’administration), la vie quotidienne (p. ex. les seniors) et l’innovation (p. ex. l’économie). Ceci devrait concerner aussi bien les projets particiüatifs que les études. Ainsi, le contexte socioculturel sera déjà pris en compte de façon explicite au moment du choix du thème et de sa mise au concours.

L’évaluation des technologies sociales constitue une véritable innovation. Aucun des instituts étrangers considérés par les auteurs du rapport n’a mené pareille étude à ce jour. C’est pourquoi elles préconisent dans un premier temps d’effectuer d’abord un travail de préparation au niveau conceptuel, avant de sélectionner dans un deuxième temps certaines technologies sociales. Selon les auteurs, plusieurs thèmes pourraient être retenus pour une étude d'évaluation des choix technologiques: nouvelle gestion publique (NGP, en anglais New Public Management) dans l’administration publique, coaching des cadres supérieurs au sein de l’entreprise ou engagement citoyen comme nouveau modèle d’activité d’intérêt général.

Informations aux médias
19.04.06 TA-SWISS élargit ses perspectives

Organisation

Comité de patronage

  • Centre d'évaluation des choix technologiques TA-SWISS
  • Académie suisse des sciences humaines et sociales (ASSH)

Mandataires

  • Prof. Dr. Sabine Maasen, recherche sociétale et sociologie des sciences, Université de Bâle
  • Dr. Martina Merz
    «Observatoire Science, Politique, Société» de l'Université de Lausanne, et «Technology and Society Laboratory», Empa, St-Gall

Groupe d'accompagnement

  • Dr. Rosmarie Waldner, Comité directeur de TA-SWISS (présidente du groupe d'accompagnement)
  • Bernhard Nievergelt, CSST, Comité directeur de TA-SWISS
  • Prof. Dr. Beat Sitter-Liver, Comité directeur de TA-SWISS
  • Alain Kaufmann, Imedia – Interface Sciences Médecine et Société, Université de Lausanne
  • Prof. Dr. Heinz Gutscher, sociopsychologue, Université de Zurich
  • Prof. Dr. Balz Engler, Séminaire d'anglais, Université de Bâle
  • Dr. Emil Kowalski, Comité directeur de TA-SWISS
  • Dr. Markus Zürcher, Secrétaire général de l'ASSH

Commander la publication