Nanomatériaux: répercussions sur l'environnement et la santé

Etude d'experts (2011-2013)


download_5.jpeg

Opportunités et risques de l'utilisation des nanomatériaux pour l'environnement et la santé

De l'avis des experts, certains des produits déjà présents sur le marché ont un impact positif sur l'environnement. Les batteries intégrant des nanomatériaux consommeraient ainsi beaucoup moins d'énergie et de ressources, et seraient par ailleurs bien plus efficientes. Grâce à l'utilisation de bouteilles en PET et de nanomatériaux, en remplacement d'autres conditionnements, il serait possible de réduire les gaz à effet de serre (selon l'étude TA-SWISS «Les nanotechnologies dans l'alimentation» de 2009). Toutefois, de récentes études scientifiques décrivent également des risques potentiels associés aux nanomatériaux. Normalement, ceux-ci sont intégrés dans les produits. S'ils sont toutefois libérés dans l'air, l'eau ou les sols, ils pourraient éventuellement s'y accumuler et avoir des répercussions négatives, notamment sur l'activité microbienne des sols, avec les conséquences en résultant pour l'agriculture ou la croissance et la reproduction des organismes vivant en milieu aquatique, tels que les algues par exemple. L'impact négatif des nanomatériaux sur l'environnement pourrait affecter l'être humain, soit indirectement par le biais de la chaîne alimentaire, soit directement du fait d'une exposition de ce dernier à ces matériaux par les organes respiratoires et la peau.

Pourquoi une étude TA-SWISS sur ce thème?

La diffusion commerciale des nanomatériaux ne cesse de progresser alors que parallèlement, de nouvelles informations sur les risques potentiels pour l'environnement et la santé sont publiées et discutées. Le cadre réglementaire du secteur des nanotechnologies n'est pas très explicite et n'évolue que très lentement, avec quelques initiatives isolées sur le plan international. Au niveau européen, la confiance de la population dans les nanomatériaux est encore intacte (conformément au dernier Eurobaromètre), toutefois la question de la sécurité revêt une importance de plus en plus déterminante ainsi que l'ont montré les publifocus organisés en 2006 par TA-SWISS sur le thème des nanotechnologies. Parallèlement les mêmes experts du domaine des sciences, de l'économie, de l'éthique et du droit ne cachent pas leur crainte de voir la population développer une méfiance croissante à l'égard des nanomatériaux, comme cela a été le cas pour les OGN et l'amiante. Un important secteur économique émergent pourrait ainsi se trouver bloqué si les questions relatives aux opportunités et aux risques ne sont pas examinées et clarifiées en temps utile. Une étude interdisciplinaire des éventuelles répercussions positives et négatives sur l'environnement et la santé est donc non seulement intéressante, mais également indispensable pour que les décideurs politiques et la population puissent disposer d'évaluations aussi larges et objectives que possible.

Pour en savoir plus

NanoSafety: Risk Governance of Manufactured Nanoparticles, European Parliament, Science and Technology Options Assessment (STOA)

Fonds national suisse de la recherche scientifique : PNR 64 Opportunités et risques des nanomatériaux

 

Communiqué de presse du 30 mai 2013
Primeurs de la forge des nains

Organisation

Comité de patronage

  • Centre d’évaluation des choix technologiques TA-SWISS
  • Office fédéral de l'environnement OFEV

Coordinateurs du projet

  • Martin Möller, Institut d’écologie appliquée, Öko-Institut e.V., Fribourg, Allemagne (Directeur de projet)
  • Rita Groß, Institut d’écologie appliqueée, Öko-Institut e.V., Fribourg, Allemagne 
  • Andreas Hermann, Institut d’écologie appliquée, Öko-Institut e.V., Fribourg, Allemagne 
  • Dr. Wolfgang Luther, VDI Technologiezentrum GmbH, Darmstadt, Allemagne
  • Dr. Norbert Malanowski, VDI Technologiezentrum GmbH, Darmstadt, Allemagne

Groupe d’accompagnement

  • Prof. em. Dr. Peter Gehr, Université de Berne, Institut d'anatomie (Président du Groupe d'accompagnement)
  • Prof. em. Dr. Ueli Aebi, Biocentre, Université de Bâle, Comité directeur TA-SWISS, Bâle
  • Dr. Livia Bergamin,Secrétariat d’Etat à l’économie SECO, Berne
  • Prof. Dr. Thomas Cottier, World Trade Institute, Université de Berne
  • Dr. Ernst Furrer, Office fédéral de l’environnement OFEV, Berne
  • PD Dr. Philipp Hübner, Laboratoire cantonal de Bâle-Ville, Bâle
  • Prof. em. Dr. Georg Karlaganis, United Nations Institute for Training and Research UNITAR, Genève
  • Huma Khamis, Fédération Romande des Consommateurs FRC, Lausanne
  • Dr. Katja Knauer, Office fédéral de l’agriculture OFAG, Berne
  • Dr. Karl Knop, Académie suisse des sciences techniques SATW, Berne
  • Dr. Franziska Meister, Wochenzeitung WOZ, Journaliste,scientifique, Zurich
  • PD Dr. Bernd Nowack, Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche EMPA, Dübendorf
  • PD Dr. Michael Riediker, Institut de Santé au Travail (ITS), Epalinges-Lausanne & IOM Singapore Pte. Ltd., Singapore
  • Prof. Dr. Kristin Schirmer, Institut fédéral pour l’aménagement, l’épuration et la protection des eaux EAWAG, Dübendorf
  • Dr. Kaspar Schmid, Secrétariat d’Etat à l’économie SECO, Berne
  • Claudia Som, Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche (EMPA), Saint-Gall
  • Dr. Christoph Studer, Office fédéral de la santé publique OFSP, Berne
  • Ariane Willemsen, lic. iur., M.A. Philosophy, Commission fédérale d’éthique pour la biotechnologie dans le domaine non humain CENH, Berne 

Responsable TA-SWISS du projet

Dr. Emiliano Feresin, TA-SWISS

Commander la publication