Berne, 27 juin 2011                   

Les jeunes sous-estiment la valeur de leurs données numériques

Même s'ils font un usage intensif de l'Internet, les jeunes ne sont pas pour autant des mordus de technologie. Ils connaissent les règles à respecter pour surfer en sécurité. Par contre, ils n'ont pas conscience que les données qu'ils laissent derrière eux font l'objet d'une commercialisation ciblée. C'est la conclusion à laquelle parvient un rapport de TA-SWISS (Centre d'évaluation des choix technologiques), basé sur des rencontre avec une centaine d'adolescents.

Les jeunes utilisent beaucoup l'Internet, et surtout Facebook, où ils retrouvent leurs amis. Ces rencontres ne remplacent toutefois pas les contacts sociaux directs. Les natifs de l'ère numérique qui ont pris part aux discussions organisées par TA-SWISS admettent passer trop de temps en ligne : l'Internet est une façon particulièrement confortable et avantageuse d’occuper son temps libre. Rares sont ceux qui s'intéressent à ce qui se passe derrière l'interface utilisateurs. Hormis les activités sur YouTube ou des réseaux sociaux, seuls quelques-uns postent eux-mêmes des contenus sur la Toile.

Les jeunes sont prudents avec les paiements en ligne
Les élèves ont assuré connaître depuis longtemps les dangers que recèle l'Internet. Les jeunes craignent surtout pour leurs finances déjà très limitées et préfèrent renoncer aux paiements en ligne. Par contre, ils ne croient pas qu'une photo compromettante sur la Toile puisse mettre en péril leur avenir. Certes, ils n'acceptent pas, sur leur page Facebook, d'amis qu'ils ne connaissent pas. Tout au plus des amis d'amis, sans remarquer que la prudence est ainsi déjà mise à mal.

Les arents doivent fixer des limites claires
Les jeunes estiment que l'Internet fait courir certains risques, en lien notamment avec les contenus choquants, les représentations de la violence ou des personnes dangereuses. Ils aimeraient au moins protéger leurs frères et sœurs plus jeunes contre ces dangers. Ils pensent toutefois que l'école peut sans autre renoncer à leur enseigner les règles pour surfer sur l'Internet en sécurité, car ils les connaissent déjà. D'après ces jeunes âgés de quinze à dix-huit ans, les parents devraient plutôt fixer
à leurs enfants des limites claires, notamment en termes de temps, pour que l'utilisation de la Toile ne dégénère pas.

Aussi un conflit de générations
Le rapport sur les natifs de l'ère numérique montre que les jeunes sont moins naïfs dans l'utilisation de l'Internet, notamment en matière de sécurité, que ne le craignaient les adultes consultés lors d'un projet TA-SWISS antérieur. Tandis que leurs aînés demandaient que des spécialistes formés enseignent aux enfants et aux jeunes comment surfer sur l'Internet en sécurité, les jeunes affirment déjà connaître la plupart des consignes. Les deux générations évaluent donc de manière foncièrement différente les risques liés à l'Internet, mais aussi la façon de l'utiliser.

Une formation aux médias demeure nécessaire
Même si les jeunes évoluent de manière naturelle sur l’Internet, une bonne formation aux médias ne serait pas de trop. En effet, les jeunes omettent le fait que les réseaux sociaux et les services gratuits dissimulent des modèles d'affaires impitoyables et qu'eux-mêmes sont au cœur d'un marché âprement disputé. La formation dans le domaine des nouveaux médias devrait donc montrer aux jeunes que le risque lié à l'utilisation de l'Internet ne porte pas uniquement, loin s'en faut, sur ce que la personne révèle d'elle-même.

Liens et plus d'informations

Rapport  Les natifs de l’ère numérique. Comment «la génération Internet» utilise-t-elle l’Internet? TA-SWISS (éd.), Berne 2011.

Infos sur le TA-SWISS-Projet «L’Internet du futur» et ses publications

Renseignements

Secrétariat de TA-SWISS, +41 31 310 99 60, aQAHDwYpHQhEGh4AGhpHCgE@nospam
Danielle Bütschi, +41 22 348 05 77, 3rq-sLe7srK78Lyru6qtvba3nqq-862pt62t8L22@nospam

TA-SWISS
Brunngasse 36
CH-3011 Bern
T + 41 31 310 99 60
F + 41 31 310 99 61
info@ta-swiss.ch