Berne, le 18 décembre 2012

Mon soignant, un robot

La robotique dans l’accompagnement et les soins de santé
Une nouvelle étude de TA-SWISS

 

Le développement démographique, la pénurie de personnel qualifié et la pression économique croissante sur les soins de santé font que, de plus en plus, des solutions techniques sont envisagées pour la prise en charge des personnes et les soins à leur apporter. A ce jour, les robots sont essentiellement dans une phase de développement et d’essai à caractère principalement technique. Il reste en revanche à en évaluer les opportunités et les risques.

Partant de ce constat, TA-SWISS présente une étude qui cerne la situation actuelle et les macro-tendances de la robotique dans la prise en charge des patients et dans les soins de santé. Elle identifie les opportunités et les risques pour d’une utilisation techniquement faisable, économiquement réalisable et éthiquement souhaitable de la robotique dans les soins de santé et formule des recommandations sur cette base à l’intention des milieux politiques et d’autres décideurs.

Pour ce qui est des chances, les robots pourraient décharger les soignants des travaux physiquement éprouvants et des activités de routine, ce qui leur laisserait davantage de temps pour les patients. Ces derniers pourraient acquérir une plus grande autonomie grâce aux robots d’assistance: fauteuils roulants ou aides à la marche intelligents réduiraient leur dépendance vis-à-vis d’accompagnants humains. Des robots de service pourraient par ailleurs assumer d’importantes tâches ménagères, ce qui permettrait aux personnes ayant besoin d’une assistance de vivre plus longtemps de manière autonome.

 

Et les risques? Si les robots réduisaient les contacts directs entre le personnel soignant et les patients, la relation et la collaboration entre ces derniers pourraient s’en ressentir. Le risque de décisions erronées s’accroîtrait, d’où une diminution de la qualité des soins. Par ailleurs, l’isolement des malades augmenterait la perte de contacts humains et réduirait l’attrait des professions médicales pour de nombreuses personnes. De plus, sans une protection adéquate des données, les informations collectées par les robots de soins et d’assistance pourraient être utilisées de manière abusive pour contrôler les malades à des fins commerciales. Enfin, les robots risquent de contribuer à la hausse des coûts de santé plutôt qu’à leur baisse.

L’étude TA-SWISS présente trois scénarios sur les possibles évolutions futures de l’emploi de la robotique dans la prise en charge des patients et les soins de santé. Ces scénarios permettent de préciser les opportunités et les risques, de cerner les besoins et les pistes d’action dans le domaine de la politique, de la recherche et des soins de santé et, enfin, de formuler des recommandations concrètes pour les différents décideurs.

 

Les principales recommandations

  •  Les utilisateurs professionnels et non professionnels doivent être intégrés suffisamment tôt dans les projets de recherche afin que leurs besoins soient pris en charge.
  • Il incombe aux juristes, chercheurs, conseillers et représentants de l’Office fédéral de la santé publique de vérifier si les lois existantes couvrent les questions de la responsabilité des robots dans le domaine médical.
  • Il convient par ailleurs de créer les conditions nécessaires à l’introduction du dossier électronique du patient associé à une réglementation de la protection des données, car les robots sont tributaires des données numériques.
  • Les robots de téléprésence, d’assistance et de service collectent également des données sur l’environnement de l’utilisateur. Il est donc nécessaire de préciser la portée de la protection des données concernant ces informations sans lien avec la santé. Il faudra, le cas échéant, édicter de nouvelles réglementations.
  • Dans ses directives médico-éthiques, l’Académie suisse des sciences médicales (ASSM) doit tenir compte de l’incidence que peut avoir l’utilisation de robots notamment auprès de personnes sans capacité de décision. Les institutions responsables des foyers – cantons, communes ou fondations – doivent pour leur part veiller à la mise en œuvre de ces directives.

Plus de renseignements:

L‘étude «Robotik in Betreuung und Gesundheitsversorgung» est publié aux éditions vdf Hochschulverlag der ETH Zürich (ISBN 978-3-7281-3520-9). Elle est également disponible digitalement en tant que e-Book ( www.vdf.ethz.ch/vdf.asp?isbnNr=3520).

La version abrégée «RoboCare. Les soins de santé à l’âge des automates» peut être téléchargé gratuitement (www.ta-swiss.ch). 

Renseignements: Christine D'Anna-Huber, Communication TA-SWISS, 031 310 99 65, 4IOIkomTlImOhc6EgY6OgaCUgc2Tl4mTk86DiA@nospam  

TA-SWISS
Brunngasse 36
CH-3011 Bern
T + 41 31 310 99 60
F + 41 31 310 99 61
info@ta-swiss.ch